Le concept MykoTroph pour l’alimentation et l’utilisation de champignons médicinaux contre le cancer

Un diagnostic de cancer affecte non seulement les personnes touchées comme aucun autre maladie, mais également les proches, médecins et naturopathes impliqués. Sans doute aucune autre maladie n’est probablement productrice de tant de peurs et bien souvent représentations mentales irrationnelles.

L’ayant moi même vécu alors qu’on m’affectais une leucémie en 1997, c’est grâce au traitement de champignons médicinaux parallèle au traitement conventionnel que j’ai pu être complètement guéri seulement six mois plus tard.

L’identification d’une affection tumorale est pour les personnes touchées toujours une catastrophe. Si on y ajoute la forte pression du temps de laquelle souffre les patients et médecins dans la plupart des cas. Ils doivent se décider dans un temps minimum à intervenir chirurgicalement, opération suivie ensuite de chimiothérapie et / ou radiothérapie. La machine démarre et le patient entre dans un cauchemar continu. L’équilibre émotionnel est digne des montagnes russes, et se trouve enjolivé par les conseils bien intentionnés, les récits d’expériences positives ou négatives des connaissances, ou encore par une attention ou trop poussée ou absente de l’entourage.

C’est lorsque les patients recherchent une prise en charge ou bien de l’aide chez le naturopathe ou le médecin qu’ils sont face à une incertitude de plus. Soit le naturopathe vous font la critique continue de la médecine traditionnelle, soit c’est l’oncologue qui bien souvent déconseille catégoriquement les méthodes de guérisons naturelles. Il est donc absolument nécessaire d’éclairer tout cela ! Les champignons médicinaux par exemple, ont l’avantage d’un côté de réduire et même éliminer les effets secondaires des traitements de médecine traditionnelle, et de l’autre côté ils apportent une contribution précieuse et important au traitement naturopathe holistique.

Des chiffres effrayants : toujours plus de personnes sont déclarées atteintes d’un cancer (hommes + 45 pourcent ; femmes + 14 pourcent). Pour l’année 2010 uniquement, l’institut allemand Robert Koch annonçait dans les 450.000 nouveaux cas de cancers. Les experts en sont sûrs : dans au plus 10 ans, les cancers remplaceront les maladies cardiovasculaires en tête des causes de mortalité.

Les types de tumeurs les plus courantes

Les chiffres actuels nous donnent le cancer de la prostate chez les hommes comme le plus répandu. Près d’un quart des hommes touchés par le cancer souffre de celui ci. Chez les femmes, c’est le cancer du sein qui représente plus de 25 pourcent des tous les cas de cancer. Touchant les deux sexes, c’est le cancer de l’intestin qui se trouve en deuxième position et celui des poumons en troisième. C’est encore le tabagisme qui est la cause principale des décès dus au cancer du poumon. Ce type de cancer est bien plus rare chez les femmes mais occupe tout de même la troisième position dans le classement des causes de décès après les cancers du sein et de l’intestin. La raison est que le nombre de fumeuses a baissé continuellement ces dernières décennies. Ce sont les cancers de la thyroïde qui ont augmenté chez les femmes.

En comparant sur le long terme, l’oncologie classique n’a fait que peu de progrès

Alors que les cancérologues rapportent dans les médias, que les traitements contre le cancer sont de plus en plus efficaces, l’observation statistique des faits laisse malheureusement encore très songeur. Comme le note le professeur munichois Dieter Hölzel, de la clinique Großhadern, il n’y a eu ces dernière 26 années par exemple aucun changement décisif des taux de survie en cas de cancer du sein métastatique. Pour le cancer du côlon et les tumeurs du poumon c’est similaire. En ce qui concerne les autres cancers solides, qui constituent la majeure partie des cancers diagnostiqués, les statistiques n’annoncent que peu de progrès ont été réalisés.

En revanche, les coûts thérapeutiques des préparations pharmaceutiques oncologiques ont énormément augmenté. Ainsi, d’après les données des caisses d’assurances maladie mercantiles, le coût de ce groupe de médicament augmenté de 240 pourcent. Un groupe d’expertise australien analysait en 2004 toutes les études oncologiques publiées aux Etats-Unis et en Australie entre 1990 et 2004 et arrivèrent à la conclusion que la proportion du taux de survie de 5 ans pour les cancers a toujours été d’à peine plus de 2 pourcent. Avec de tels chiffres sous les yeux, il semble que la pression que subissent les patients quant à subir immédiatement un traitement chimio thérapeutique, ayant des effets secondaires forts et conséquences parfois dramatiques, soit plus que discutable.

L’erreur cruciale en cancérologie peut être celle qu’on appelle « l’hypothèse de la mutation », selon laquelle les cellules cancéreuses pourraient être issues de cellules saines après plusieurs mutations génétiques. C’est sur cette hypothèse que se basent les traitements comme la chimiothérapie et la radiothérapie.

Ces dernières années, c’est l’idée que les cellules tumorales se développeraient à partir de cellules tumorales dites souches qui est examinée dans la médecine traditionnelle. Ces cellules forment des cellules précurseures desquelles se forment enfin les cellules tumorales réelles. Alors que les cellules tumorales effectives se divisent très rapidement et sont donc vulnérables aux chimio, et radiothérapies la vitesse de division des cellules tumorales souches elle, est extrêmement lente. C’est aussi la raison pour laquelle les cellules tumorales souches ne peuvent pas être éliminées par les techniques habituelles des traitements conventionnels alors qu’elles sont le point de départ de la récidive tumorale.

L’hypothèse des cellules souches pourrait alors en dépit de la diversité des approches de traitements expliquer le faible succès de la thérapie oncologique.

Nous, à l’Institut MykoTroph, avons pris la décision d’étudier d’autres approches, bien plus prometteuses. Comme base de cette recherche nous avons développé notre propre concept holistique avec les champignons médicinaux ; l’expérience accumulée à ce jour preuve même de cette efficacité. Les champignons médicinaux sont un facteur fondateur de ce concept, mais pas l’unique.

Seule l’interaction de tous les éléments de notre concept, en y incluant entre autre une bonne alimentation contre le cancer, apportent une réelle représentation et ainsi un traitement concluant.

Les études scientifiques confirment l’efficacité des champignons médicinaux contre le cancer

L’efficacité des champignons médicinaux en cas de cancer a été désormais prouvée par de nombreuses études scientifiques internationales. S’y ajoutent également les expériences issues de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), pour laquelle les champignons médicinaux sont utilisés depuis déjà des milliers d’années avec grand succès. Notre concept est donc basé avant tout sur une médecine de l’expérience et principalement les études que nous avons pu mener au cours des dix dernières années.

Lorsque l’on souhaite développer un concept holistique de traitement du cancer, il faut avant tout comprendre ce qu’est en réalité le cancer

À l’instar du postulat de la thèse de la mutation en médecine conventionnelle, il existe en la matière, les recherches pionnières des Docteurs Heinrich Kremer et Waltraut Fryda entre autres. D’après leurs résultats, le cancer est, résumons brièvement, une activation de protection des cellules, par laquelle elles tentent d’éviter de subir des dommages encore plus graves. Selon ces recherches, le cancer n’a rien à voir avec un dégénérescence ou une mutation des cellules, comme la médecine traditionnelle continue d’essayer de ous l’expliquer.

La production d’énergie des cellules par le Professeur Otto Heinrich Warburg

Nos cellules ont deux possibilités de produire de l’énergie, pour le Professeur Otto Heinrich Warburg (Prix Nobel de la Médecine en 1931):

  1. La production d’énergie à haute puissance par l’intermédiaire des mitochondries, ayant l’inconvénient de la formation de radicaux libres.

  2. La glycolyse anaérobie, ayant l’inconvénient d’avoir un rendement énergétique 18 fois plus faible, comme la formation de lactate, un acide lactique lévogyre. La glycolyse anaérobie a toujours lieu au moment où les cellules se divisent. Pendant que les cellules se divisent, ce qui est un processus durant lequel le génotype est ouvert, les radicaux libres ne devraient en aucun cas être présents. Ces derniers peuvent dans le cas contraire, compromettre le matériel génétique, et c’est ce dont les cellules se protègent.

Mais alors quelle est la raison faisant que les cellules activent leur protection, donc la glycolyse anaérobie? Il existe deux hypothèses en réponse à cette question :

D’après le Dr Heinrich Kremer la cause se situe dans une lésion des mitochondries, soit de nos producteurs d’énergie. Cette lésion peut être par exemple due à une charge excessive en toxines, également dans nos aliments, issues de médicaments, vaccins ou éventuellement formées par l’usage trop intensif et / ou régulier de traitements antibiotiques. Les mitochondries peuvent aussi être abîmées lorsque trop peu d’antioxydants, soit du glutathion réduit, est produit ou bien trop peu d’antioxydants sont utilisés afin de bloquer les radicaux libres. Tous ces facteurs endommagent les mitochondries donc les cellules. Pour éviter toute atteinte supplémentaire, les cellules commutent alors en glycolyse anaérobie. La glycolyse anaérobie signifie toujours pour les cellules une division cellulaire, et c’est cela que nous appelons le cancer. Afin de ne pas abîmer encore plus les cellules et l’organisme entier, moins de radicaux libres doivent être produits. Ceci signifie que les cellules ne sont plus autorisées à produire leur énergie à travers l’oxydation et par conséquent elles préfèrent commuter en glycolyse anaérobie, cette dernière ne produisant pas de radicaux libres. La glycolyse anaérobie signifie cependant, que les cellules se trouvent en phase de division cellulaire. La croissance cellulaire signifie pour nous le cancer.

Le docteur Waltraut Fryda a pu identifier au cours de recherches approfondies, que les patients atteints de cancer ont un taux d’adrénaline presque toujours considérablement réduit, lorsqu’il n’est pas à zéro certaines fois. L’hormone d’adrénaline nous aide pourtant non seulement à combattre le stress, mais elle régit l’insuline étant son antagoniste, et donc elle régule l’absorption de sucre dans les cellules. Lorsque l’équilibre entre ces deux antagonistes est perturbé, soit, qu’il n’y a presque plus d’adrénaline à disposition, alors l’insuline influence le métabolisme à stocker plus de sucre dans les cellules, vu que les mitochondries peuvent oxyder.

Si les cellules se mettaient à oxyder l’excès de sucre, alors beaucoup trop d’énergie serait produite.

En conséquence les cellu seraient en surchauffe, ce qui les endommagerait. L’énorme quantité d’oxydants ou radicaux libres ne pourrait plus être bloquée, ce qui abîmerait les cellules, donc les mitochondries. Dans le cas d’un manque d’adrénaline mais encore une présence de noradrénaline qui rétrécie les vaisseaux, les tissus serait sous alimentés en oxygène. Le manque d’oxygène et la suralimentation en sucre des cellules peuvent également mener à ce que les cellules aient recours à un métabolisme réduit, à savoir la glycolyse anaérobie. Au cours de la glycolyse anaérobie, les cellules sont en mesure de consommer jusqu’à 18 fois plus de sucre qu’à la normale, et sont ainsi en mesure d’éliminer le surplus de sucre. Si les cellules restent en glycolyse anaérobie, cela signifie que la division cellulaire est constante, et c’est cela que nous appelons le cancer.

L’adrénaline est produite dans la médullosurrénale. Si la médullosurrénale est surmenée par un stress constant durant des années, elle est alors affaiblie et ne peut donc plus produire, ni mettre à disposition suffisamment d’adrénaline. Si le taux d’adrénaline baisse, c’est principalement du aux longues périodes de surcharge psychique durant lesquelles plus de sucre entre dans les cellules à ce qu’il peut être oxydé. Ceci mène à un dysfonctionnement sensible du métabolisme des cellules et du corps.

Le stress mental joue également un rôle qui ne doit pas être sous-estimé dans l’apparition du cancer

Il existe le stress positif et négatif. Le stress positif est sain. Le stress par contre qui me pèse sur le cœur ou l’âme est lui dangereux, car en règle générale il est enduré durant des années et nous épuise. La recherche est unanime sur le fait que le stress négatif et le surmenage émotionnel jouent un rôle prépondérant dans l’apparition de presque tous les cancers. Il est donc très facile de comprendre la démarche du Dr Waltraut Fryda. Il est donc primordial de toujours traiter en cas de cancer de manière égale, le corps, l’âme et l’esprit pour les harmoniser.

Harmonie du corps, de l’âme et de l’esprit – Qu’est ce que ça veut dire et que doit-on faire pour cela?

Alors que nous avons vu que pour quasiment chaque cas de cancer, un conflit émotionnel était relié à la cause de son apparition, on peut donc comprendre que si l’on souhaite guérir, il faut aussi chercher à guérir cette situation conflictuelle interne.

Nous aimerions à ce propos vous donner quatre conseils importants

1. Acceptez-vous tel que vous êtes. Vous ne devez pas être celui ou celle que les autres attendent de vous. Aimez-vous ! Sortez vous du rôle de victime et apprenez à dire « non ».

2. Apprenez à pardonner les autres, peu importe ce qu’ils vous ont fait. Et si vous pouvez prier, alors priez pour ces personnes. Vous verrez ce la vous sera bénéfique.

3. Passez en revue, avant de dormir, toutes les belles choses de la journée. Et souvenez vous, le matin avant de vous lever, de tous les beaux moments que vous avez vécu au cours de votre vie

4. Écrivez au moins cinq raisons ou souhaits pour lesquels vous désirez survivre au cancer. Une chose très importante: suivez aussi ces raisons et faites quelque chose pour réaliser vos souhaits.

Il existe de très bonnes raisons de penser que la guérison du cancer tient à 50% à la guérison de l’âme et de l’esprit. Les autres 50% concernent la guérison du corps, que nous pouvons soutenir à l’aide des champignons médicinaux, d’autres traitements naturopathiques et / ou les traitements conventionnels.

Quel est le rôle de l’alimentation en cas de cancer, et de quelle façon doivent se nourrir les personnes atteintes ?

Vu que nous savons maintenant que les cellules cancéreuses se trouvent toujours en glycolyse anaérobie et que cette glycolyse anaérobie est une fermentation des hydrates de carbone, on comprend alors très vite que les cellules cancéreuses ne peuvent utiliser que des hydrates de carbone hautement digestibles pour leur alimentation. Les cellules saines, au contraire, gagnent leur énergie par l’oxydation aussi de protéines, de graisses et d’huiles. C’est pour cela qu’il est, en cas de cancer, très important d’éviter les glucides, donc de se nourrie avec des aliments à très faible teneur glycémique. Finalement: une alimentation sans glucides nourrit les cellules saines, sans pour autant nourrir les cellules cancéreuses.

On peut même commencer avant le petit déjeuner

Lors de la glycolyse anaérobie, donc de la fermentation, du lactate se forme comme un produit métabolique. Ce lactate, un acide lactique lévogyre, se pose par couches sur les cellules cancéreuses en même temps de les protéger des attaques de notre système immunitaire. Heureusement, le lactate peut être dissous en acide lactique dextrogyre souhaité. C’est pour cette raison qu’il faudrait avant le petit déjeuner boire par exemple de 100 à 200 mlde jus de choucroute ou bien du brottrunk, même mélangé avec de l’eau. On peut également utiliser du Rechtsregulat® .

C’est seulement une fois que la couche de lactate a été dissoute que les glyconutriments, les sucres hautement moléculaires, les polysaccharides et triterpènes contenus dans les champignons médicinaux peuvent de nouveau effectuer leur transmission d’informations de cellule en cellule et que de cette façon les signaux d’arrêt de la division cellulaire continuelle puissent être envoyés. La couche lactate une fois dissoute, notre système immunitaire a de nouveau accès à l’état du cancer, et il est en mesure d’effectuer sa tâche. En prenant des champignons médicinaux on met à disposition de notre corps, à nouveau suffisamment d’antioxydants. En outre, les champignons médicinaux ont un effet positif sur le taux d’adrénaline.

Quels sont les champignons médicinaux les plus efficaces en cas de cancer?

Selon quel organe est touché par le cancer, nous conseillons différents champignons. En général tous les champignons médicinaux sont riches en glyconutriments, sucres moléculairement lourds et triterpènes, qui régulent le système immunitaire et ont des effets anti-tumoraux.

Le champignon médicinal polyporus est lié au système lymphatique, la première et plus importante station d’épuration pour les déchets cellulaires et cytotoxines. Pendant une chimiothérapie, des cytotoxines fortes atterrissent dans notre organisme et ces poisons doivent être éliminés en premier à travers le système lymphatique. De même que les fragments cellulaires morts sous radio ou chimiothérapie.

À ce stade, il devient très vite évident qu’il est extrêmement important, et qu’elle que soit la méthode de traitement, de soutenir le système lymphatique. Naturellement et surtout lorsque des ganglions lymphatiques ont dû être retirés, ce qui aurait perturbé le système lymphatique en amont. Ceci monte également l’importance du polypore comme champignon médicinal au sein d’un concept thérapeutique holistique lorsqu’il s’agit de cancer. La formation de métastases qui se fait aussi à travers le système lymphatique peut elle aussi être contrée.

Du fait de sa relation avec le foie, le reishi est le second champignon extrêmement significatif. Le foie détoxifie et est énormément exploité au cours d’un traitement contre le cancer. Surtout, bien entendu lorsque l’on suit une chimio ou radiothérapie. Ceci est également le cas de toute autre thérapie visant à tuer les cellules cancéreuses. Au final, ce sont tous ces dits fragments cellulaires que l’on appelle aussi « alcaloïdes de cadavre » ou « ptomaïnes » qui doivent sans faute sortir de notre corps. Pour cette raison, il n’est jamais trop tôt pour commencer le traitement régénérant du foie, et ce sans regard du traitement que vous suivez. Le reishi a aussi un effet analgésique, anti-inflammatoire et il renforce le système immunitaire.

Le champignon médicinal que l’on connaît sous le nom de cordyceps est d’une grande importance dans sa relation organique avec les reins. D’une part, les reins sont des organes filtres et détoxyfiants, mais ils sont surtout liés aux glandes surrénales et donc à la médullosurrénale où l’adrénaline est produite.

C’est uniquement lorsque suffisamment d’adrénaline est produite que les cellules sortent de leur mode de protection de glycolyse anaérobie. Les reins sont d’après la médecine traditionnelle chinoise également le siège de nos forces psychiques et physiques. Il est par conséquent essentiel de soutenir ces organes lors d’un traitement contre le cancer.

L’hericium de son côté a un lien tout particulier au tractus digestif. Il n’est pas uniquement d’une aide précieuse en cas de cancer de l’estomac ou de l’intestin, mais plus généralement pour tous les types de cancer, vu qu’il régénère aussi les muqueuses du tractus gastro-intestinal. Ces muqueuses sont les protections, et couches de sélection entre nos corps intérieurs et les incomptables substances étrangères ou toxiques, qui gambadent dans nos intestins. La muqueuse intestinale est la zone de contact interne la plus vaste avec une superficie d’environ 300 m Il et important de disposer d’une muqueuse intacte afin que le corps ne soit pas trop facilement assailli de substances étrangères ou toxiques. Étant donné que les muqueuses se divisent très rapidement, elles sont particulièrement menacées par la chimiothérapie et doivent être en mesure de se régénérer très vite et de se protéger. L’hericium peut obtenir de très bons résultats. Le fait qu’il contienne de l’érinacine un agent qui stimule le facteur de croissance nerveuse et reconstruit la gaine de myéline des nerfs. C’est aussi au cours de chimiothérapie extrêmement important, car l’attaque toxique de la chimiothérapie sur les nerfs peut causer des douleurs atroces. Dans ce cas également l’hericium a fait ses preuves.

Le champignon médicinal auricularia empêche aux thromboses de se former. Les cellules cancéreuses qui se répartissent dans le sang (formation de métastases) tentent en effet, se grossir à travers la formation de thromboses, et ainsi d’arriver plus facilement à se fixer aux parois des artères. C’est uniquement comme cela qu’ils peuvent arriver à l’intérieur du corps. Avec le champignon auricularia la formation de thrombose est contrecarrée, ce qui représente une contribution non négligeable à la protection contre la formation de métastases.

Posologie recommandée

Pour chaque champignon médicinal requis, prenez une capsule avant chaque repas accompagnée de 100ml de liquide par capsule. Il est déconseillé de prendre plus de trois capsules par repas. Si vous avez besoin de combiner plus de sortes de champignons, nous vous recommandons la prise de mélange de champignons appropriés. Les champignons médicinaux soutiennent non seulement les organes mais ils éliminent également les poisons de notre organisme en plus de l’assister dans le processus de Détoxication. Il est donc clair que lorsque nos organes de détoxication principaux, le foie et les reins, sont trop faibles pour transporter les toxines assez rapidement hors de notre corps, ils requièrent une assistance supplémentaire en plus des champignons. On peut aider par exemple très bien les reins à l’aide de tisane diurétique. Buvez le plus possible durant la phase active des reins entre 17h et 19h, soit un litre de tisane légère mais chaude !

Les toxines éliminées par le foie sont transportées hors du corps par le flux biliaire. C’est pourquoi il est très importantd’assurer un débit de bile suffisant. En plus de la prise de champignons médicinaux il est possible par exemple de faire des cures d’infusions pour la vésicule biliaire. Le curcuma est également reconnu pour être très efficace à ce niveau. On en prend une pointe de couteau avant chaque repas, au mieux accompagné d’un peu de poivre. Important : pensez à toujours bien saliver avant d’avaler. Le curcuma a aussi un effet bénéfique sur la respiration cellulaire des mitochondries.

L’un des appuis les plus efficaces pour le flux biliaire reste le lavement à l’aide de ¾ de litre de café. Ce lavement devrait toujours s’effectuer sans pression et rester 12 à 15 minutes. Il suffit en général d’effectuer un lavement par semaine.

Fortement recommandé au petit déjeuner : muesli protéiné à l’huile, d’après le docteur Johanna Budwig

Le muesli protéiné à l’huile du docteur Budwig n’est pas seulement très bon au goût, mais il est aussi extraordinairement nutritif. Il fournit nos cellules normales en oxygène et nutriments précieux sans alimenter les cellules cancéreuses. Vu que nous savons dorénavant que les cellules cancéreuses ne sont en mesure d’exploiter que les hydrates de carbone, mais pas les huiles ni protéines. C’est aussi une raison pour laquelle, lorsque l’on est atteint d’un cancer, il ne faudrait se nourrir que d’aliments à faible indice glycémique. Renoncez s’il vous plait tout de suite au sucre, à l’alcool et à tous les types de glucides rapidement employables, car ils nourrissent les cellules cancéreuses.

Le muesli protéiné à l’huile du docteur Johanna Budwig est simple et rapide à préparer et il est parfait comme dessert après le déjeuner.

Voici le concept de base

Ingrédients:

• 2 cuillères à soupe de graines de lin râpées

• 50 g de fromage blanc maigre

• 1,5 cuillère à soupe d’huile de lin pressée à froid

• servir avec des fruits frais et des noix

Préparation:

Commencez par verser l’huile de lin sur le fromage blanc maigre et mélangez bien. Il est très important de ne plus voir de trace d’huile sur les bords du récipient. Découpez les fruits dans le fromage blanc (vous pouvez utiliser toutes sortes de fruits, également des baies. La quantité dépendra de votre appétit) et ajoutez-y quelques noix et / ou amandes. Enfin, saupoudrez le tout des graines de lin râpées. Les noix et fruits permettent de bien mâcher et d’imbiber le muesli de salive, chose très importante afin de bien intégrer les nutriments.

Il est important de manger chaque repas vraiment jusqu’à satiété afin d’être bien avec trois repas par jour. Les fruits, légumes ou jus de fruits fraichement pressés sont bien entendu autorisés entre les repas. Si vous achetez des jus, faites bien attention à ce qu’ils ne contiennent pas de sucre.

Au déjeuner: salade mixte, légumes, champignons, viande, volaille ou poisson

Les salades ou légumes maison accompagnés d’huile de qualité (par exemple huile de colza pressée à froid) sont très recommandés. Fondamentalement vous pouvez répartir sur votre journée l’ingestion de salades ou légumes de cinq couleurs différentes. En plus un peu de viande, volaille ou poisson sont recommandés, mais aussi du fromage et naturellement des champignons. Un complément idéal serait sinon un bon bouillon de viande ou de poulet aux légumes.

Lors de la préparation soyez attentifs à mettre les légumes dans la soupe le plus tard possible afin de ne pas trop les cuire. Mais, s’il vous plaît, n’accompagnez votre déjeuner en aucun cas de pâtes, riz ou pommes de terre, ce sont tous des glucides très facilement utilisables. Faites attention aussi aux quantités que vous ingérez de manière à être capable à la fin du repas de manger le muesli du docteur Budwig. Et comme pour le petit déjeuner, toujours bien mâcher et longtemps!

Le soir: légumes, champignons, poisson

Pour le dîner, contentez vous de manger uniquement des légumes, champignons et / ou poisson. Là encore, les légumes doivent être croquants après la cuisson pour que vous puissiez bien mâcher. Le fait de mâcher bien et longuement est élémentaire et particulièrement important en cas de cancer! Choisissez vos légumes en fonction de la répartition des cinq couleurs de votre journée. Le soir aussi, vous pouvez mangez du bouillon de viande ou de poulet. N’y ajoutez en aucune circonstance de pain, petits pains, nouilles, riz ou pommes de terre en accompagnement, ce sont tous des hydrates de carbone rapidement exploitables!

Conseils d’alimentation supplémentaires

Les champignons et légumes contiennent beaucoup d’antioxydants, de sorte que les cellules peuvent regagner plus facilement leur énergie à travers le processus d’oxydation, donc par les mitochondries. Le curcuma encore une fois est un très bon allié. Prenez en une pointe de couteau avant les repas, au mieux avec un peu de poivre. N’oubliez pas de bien saliver avant de l’avaler! On peu très bien manger, même lorsque l’on souffre d’un cancer. Il faut cependant se éliminer certains aliments de notre menu habituel de manière radicale. En font partie tous les aliments qui sont rapidement exploitables, comme par exemple, le pain, le sucre, les nouilles et pâte ou encore le riz.

Perfusion par intraveineuse de Vitamine C en haute dose: un procédé sûr, efficace et naturel dans le traitement contre le cancer

Les recherches sur les animaux et les humains, montrent depuis plus de trente ans que les antioxydants réduisent les effets secondaires agressifs de traitement du cancer comme la chimiothérapie ou la radiothérapie en plus d’augmenter le dit « Killing-Effect » des mesures du traitement. C’est encore assez méconnu mais de nos jours la science ne doute plus que la Vitamine C à haute dose a la capacité de tuer effectivement les cellules cancéreuses. Le cancer réagit de manière très sensible aux hautes doses de Vitamine C. La raison de cela est que les cellules cancéreuses ontdes membranes qui fuient, permettant ainsi à l’acide ascorbique de pénétrer en elles à des taux de concentration élevés. Au contraire des cellules saines, les cellules cancéreuses n’ont pas suffisamment de catalase ni de superoxyde dismutases, ce qui les rend donc plus sensibles à l’effet tueur du péroxyde d’oxygène qui en résulte. Ce péroxyde d’oxygène conduit à la destruction sélective des cellules cancéreuses.

La Vitamine C s’accumule dans le tissu tumoral en une concentration bien plus élevée que dans un tissu sain. Vu que nos cellules normales ont une membrane intacte, elle contrôlent la quantité d’antioxydants qui vont aller des les cellules, de manière très stricte. Ceci explique aussi pourquoi de très hautes doses d’antioxydants n’abîment pas les cellules saines, mais au contraire, qu’elles protègent les tissus sains encore mieux des attaques agressives de la chimiothérapie.

Il faut tout de même savoir que l’effet destructeur sur les cellules cancéreuses ne sera atteint qu’à très haute dose de Vitamine C par intraveineuse. La Vitamine C doit être directement mise dans le sang car la dose nécessaire ne peut pas être atteinte par ingestion orale.

Cette perfusion à haute dose de Vitamine C est pour nous déterminantes, et nous la conseillons souvent au patients atteints de cancer. Soit comme une mesure unique, ayant l’avantage de n’avoir que peu d’effets secondaires, ou encore en accompagnement de traitements conventionnels comme la chimiothérapie ou la radiothérapie. En plus de son effet destructeur sur les cellules tumorales, il a été prouvé par des études que la perfusion de Vitamine C pouvait en plus diminuer les douleurs et ainsi améliorer la qualité de vie des patients.

D’après notre expérience, il est conseillé de prendre la Vitamine C hautement dosée à hauteur d’une perfusion par semaine. La première prise devrait être par contre au moins 4 semaines après avoir changé de régime alimentaire. Au contraire des cellules normales, qui sont convenablement nourries durant ce régime les cellules cancéreuses elles, ont « vraiment très faim ». Au moment d’injecter une forte dose de Vitamine C, nous parlons ici d’environ 15g, alors les cellules cancéreuses absorbent encore mieux la Vitamine C et son effet destructeur et donc d’autant plus efficace. En cas de prise concomitante de 300g de magnésium et 10mg de Vitamine B6, il est possible d’éviter la formation de calculs rénaux d’oxalate.

Il s’est également avéré très efficace d’arrêter totalement les hydrates de carbone en amont d’une chimiothérapie, ce pendant 4 semaines pleines. Les cellules tumorales, mais pas les cellules saines, réagissent vu leur expérience, de manière encore plus forte aux chimio toxines et la chimiothérapie est donc encore plus efficace. C’est pour cette raison que nous pensons que la médecine conventionnelle laisse plus de temps aux patients concernés avant de débuter les traitements de chimiothérapie. Que vous optiez pour l’injection hautement dosée de Vitamine C, ou / et une chimiothérapie, s’il vous plaît abstenez vous strictement au moins quatre semaines avant le début du traitement, de manger des glucides à utilisation rapide afin d’aider le traitement quel qu’il soit, à être plus efficace.

Aide supplémentaire:

Il est très important, pendant le traitement de bien faire attention à ingérer suffisamment d’antioxydants. Les champignons et avant tout aussi les légumes en contiennent déjà beaucoup. Nous conseillons en complément également l’OPC en combinaison à de la Vitamine C naturelle.

Lorsque les cellules cancéreuses meurent, les fragments cellulaires que l’on appelle aussi « alcaloïdes de cadavre » ou « ptomaïnes » doivent être expulsés de notre corps le plus rapidement possible. C’est le système lymphatique qui ici sert de système de transport premier, ensuite le foie et les reins sont appelés pour leur rôle d’organes filtres détoxifiants. Comme nous l’avons décrit plus haut, les champignons médicinaux étant particulièrement bénéfiques dans ce cas sont les polyporus, reishi et cordyceps. Il existe encore d’autres mesures de soutien. Les toxines éliminées par le foie sont évacuées du corps par le flux biliaire. D’où notre recommandation réitérée  de soutenir votre flux de bile par exemple avec trois tasses d’infusion pour la vésicule biliaire et / ou a bien laisser imbiber dans la bouche, une pointe de couteau de curcuma avec un peu de poivre avant chaque repas. Le plus intensif reste tout de même le lavement que nous avons cité plus avant avec ¾ de litre de café en grains. Le lavement devrait être hebdomadaire et durer de 12 à 15 minutes.

Quelles réactions peuvent encore se produire lorsque les cellules cancéreuses meurent?

Beaucoup de personnes touchées ont des réactions souvent amères et sont souvent désagréables dans de telles périodes. Cela peut vous paraître paradoxal, mais c’est en fait très bon signe car ces réactions nous montrent que le processus de guérison est en marche. Dans le cas où les organes de Détoxication seraient dépassés par un trop grand nombre de fragments cellulaires à traiter, alors il est possible de voir apparaître des réactions cutanées. Utilisez dans ce cas tout simplement de l’huile d’olives. Enduisez vous tout le corps, laissez agir l’huile d’olives dix minutes et prenez une douche pour retirer le surplus. Les bains détoxifiants sont aussi conseillés.

Est-ce que les cellules cancéreuses meurent dès la première perfusion de Vitamine C?

Il est difficile d’avancer une déclaration sûre à ce propos, toutefois la probabilité est assez faible. Nous vous conseillons pour cette raison de continuer à suivre votre régime alimentaire spécifique et d’effectuer une injection de Vitamine C une fois par semaine. La teneur de Vitamine C dans le sang est censée être de 200mg/dl. À partir du moment où nos réactions ne sont plus désagréables ni amères après l’injection, la probabilité est haute pour que nous soyons sur la voie de la victoire contre le cancer. Il est, à notre avis, nécessaire de suivre ce traitement pendant au moins 6 mois. Naturellement il est important d’observer et diagnostiquer les résultats, avant, pendant et après le traitement avec les instruments de la médecine conventionnelle, afin d’être rassuré. Il s’est également avéré avantageux de continuer à prendre des champignons médicinaux.

Peut-on faire quelque chose afin de palier à une éventuelle réapparition de la maladie?

Nous citerons ici la phrase que nous estimons être la plus importante: changez votre vie! La façon dont vous avez abordé la vie jusqu’à présent a provoqué un cancer. Si vous souhaitez à long terme vous protéger du cancer, il vous faudra alors laisser derrière vous un style de vie qui vous a rendu malade. Si vous ne changez rien, et continuez tout simplement de suivre le même chemin  que celui qui vous a mené à la maladie, alors il ne vous sera pas possible de diminuer le risque que vous développiez un nouveau cancer. Chaque cancer est presque toujours précédé par une situation de conflit psychique, émotionne. Gardez bien à l’esprit que si vous souhaitez mettre toutes les chances de votre côté pour une totale guérison du cancer, il faudra éliminer cette situation conflictuelle en question pour permettre de retrouver l’équilibre entre votre âme, votre corps et votre esprit. Vous pouvez faire beaucoup en ce sens, mais il est souvent sensé de faire appel à un thérapeute pour vous soutenir dans cette démarche.

Même si je me répète, encore les conseils qui me semblent essentiels pour suivre un processus de guérison de l’esprit et de l’âme:

  1. Acceptez-vous tel que vous êtes. Vous ne devez pas être celui ou celle que les autres attendent de vous. Aimez-vous ! Sortez vous du rôle de victime et apprenez à dire « non ».

  2. Apprenez à pardonner les autres, peu importe ce qu’ils vous ont fait. Et si vous pouvez prier, alors priez pour ces personnes. Vous verrez ce la vous sera bénéfique.

  3. Passez en revue, avant de dormir, toutes les belles choses de la journée. Et souvenez vous, le matin avant de vous lever, de tous les beaux moments que vous avez vécu au cours de votre vie

  4. Écrivez au moins cinq raisons ou souhaits pour lesquels vous désirez survivre au cancer. Une chose très importante: suivez aussi ces raisons et faites quelque chose pour réaliser vos souhaits.

Conclusion sommaire

Comme toute maladie, le cancer a une cause. Et c’est uniquement lorsque l’on reconnaît cette cause et qu’on la comprend qu’on peut traiter correctement le cancer.

Les champignons médicinaux avec leur effet régulateur sur notre organisme et les divers liens qu’ils ont avec nos organes, nous pouvons très bien interagir positivement avec eux tout au long du processus de guérison. Grâce à leur composition parfaite, leur richesse en composants précieux, les champignons médicinaux stimulent très fortement nos forces d’auto-guérison. Notre corps contient des substances avec lesquelles il met en route les mécanismes de guérison, l’approche étant à la fois holistique, individuelle et sans effet secondaire.

Particulièrement en cas de cancer, il est particulièrement important que les traitements médicaux naturels et conventionnels aillent main dans la main. C’est uniquement de cette manière que les patients peuvent pleinement profiter des deux approches.

Je suis convaincu que les chances de guérison du cancer vont en s’améliorant. J’espère et suis aussi convaincu que notre concept qui est déjà très réussi y apportera une contribution. Mon souhait tout particulier est que pour le bien des patients nous nous dirigions vers une collaboration confiante et attentive entre la médecine naturelle et la médecine traditionnelle.

Lors de l’utilisation de champignons médicinaux nous vous conseillons pour de bonnes raisons d’utiliser exclusivement de la poudre de champignon issue des champignons entiers. C’est la seule forme, contrairement à l’extrait ou la poudre issue uniquement du mycélium, sous laquelle se trouvent tous les précieux composants utiles à votre guérison.  C’est seulement de cette manière que vous obtiendrez l’interaction parfaite de tous les composants que la nature nous a offert et vous atteindrez les résultats de guérison escomptés.  Il est important d’être attentif à l’origine aussi: la culture certifiée biologique issue d’Allemagne garantie une haute qualité sans pesticide aucun.

Sources

• Prased, K. N. - Multiple dietary antioxidants enhance the efficacy of standard and experimental cancer therapies and decrease their toxicity ; Integrative Cancer Ther., 2004; 3:310-322

• Lieberman, S. - Intravenous Vitamine C Therapy ; Alternative & Complementary Therapies April 2005; 52-62

• Riordan, H. D., Huminghake, R. B., Riordan, N. H. et al. - Intravenous ascorbic Protocol for its application and use ; Puerto Rico Health Sci J 2003;22:287-290

• Casciari, J. J., Riordan, N. H., Schmidt, T. L. et al. - Cytotoxicity of ascorbic acid lipoic acid and other antioxidants in hollow fibre in vitro tumours ; Br J Cancer 20001;84:1544-1550

Remarque

Les effets décrits reposent sur la prise de poudre de champignon médicinal, fabriquée à partir de champignons entiers. Demandez conseil à votre thérapeute avant de commencer votre traitement.